Nos géants

Les géants marquent de leur empreinte un trait typique de la Flandre et du Nord de la France. Vous trouverez partout des géants mais nulle part autant qu’ici. Ce qui rend les géants flamands spectaculaires est le fait qu’ils peuvent danser avec entrain. Jean le Bûcheron de Steenvoorde, et ses 90 kg, se montre naturellement un peu plus leste et svelte que Jan Turpijn de Nieuwpoort qui pèse 750 kg. Cependant, quelque soit leur poids, ils dansent presque tous. Cela les rend particulièrement populaires à l’étranger.

Père Breughel

Avec le succès de l’uniforme ‘Breughel’ qui a permis à l’harmonie d’asseoir sa réputation dans la région a grandi peu à peu l’idée de réaliser également un autre géant bien assorti à l’harmonie. « Père Breughel » était né : un géant dansant à l’enthousiasme contagieux, un homme populaire, un bon vivant avec un ventre rond et une pinte de bière moussante à la main.

Le géant fut conçu et construit par quelques bonnes volontés de l’harmonie et accomplit sa première sortie publique avec l’harmonie et le groupe de danse le 24 juin 1962, en France, lors d’une marche folklorique à Hazebrouck. Le 30 septembre de cette même année, lors des fêtes ‘breugheliennes’, le géant fut inscrit officiellement dans le registre de la population de la commune de Neuve-Église.

Organisées chaque année en octobre, ces ‘fêtes breugheliennes’ évoquent la prospérité de Neuve-Église à l’époque médiévale. L’industrie textile connaissait alors un grand essor. Elle permit à la population de connaître le bien-être et de vivre dans l’opulence. Père Breughel incarne l’homme populaire typique de cette période.

Vader Breughel

Père Breughel mesure 4 mètres de haut, pèse 80 kilos. Deux hommes costauds et endurants le portent.

Avec la disparition du groupe de danse au cours des années 1970, les géants connurent également une éclipse. Étant donné l’amenuisement du nombre de sorties des géants, leurs vaillants porteurs tombèrent dans l’oubli. Désormais sans jambes solides animées, les géants devaient déambuler sur roues d’une manière rigide. En 1993, nos deux géants bénéficient d’une remise en état de fond en comble et, depuis lors, sont à nouveau portés. Oui, le sang coule à jamais dans leurs veines avec vigueur.

Aujourd’hui, le Père Breughel demeure toujours le plus enthousiaste de nos géants. Il accompagne l’harmonie quatre fois par an lors des sorties. Ainsi, en 2003, se rendit-il en Espagne lors du déplacement de l’harmonie à Vallgorguina.

Jacques de la Douve

Jacques de la Douve est une figure historique. En 1408, il était seigneur de Neuve-Église. Ce titre provenait d’un lointain ancêtre qui offrit un morceau de terrain à la population sur lequel fut construite l’église de Neuve-Église. Les seigneurs de Neuve-Église habitaient dans un château situé non loin de l’église actuelle. Par ailleurs, Jacques de la Douve était le plus important magistrat de Bailleul. Après sa mort, des soldats français envahirent Neuve-Église. Ils détruisirent le château et incendièrent l’église. Là-dessus, Isabelle de la Douve, sa fille unique, offrit tous les restes du château à la paroisse pour reconstruire l’église. Le château ne fut jamais reconstruit.

Jacques de la Douve est le plus ancien de nos deux géants. Il fut dessiné et construit par l’artiste Adhemar Vandroemme d’Ypres et vit le jour en 1961. Sa première apparition publique eut lieu lors du défilé folklorique du dimanche de la kermesse de cette année-là. Le géant Jacques de la Douve mesure environ 4 mètres de haut et pèse 75 kilos Il est porté par deux hommes costauds et endurants.